Avancée au Parlement Européen pour les lanceurs d’alerte !

3 mn pour comprendre pourquoi le Parlement de Strasbourg a adopté hierune directive protégeant les lanceurs d’alerte qui prennent des risques pour dénoncer des activités illégales ou dangereuses. Un succès politique à la veille des élections européennes de mai prochain.
Lorsque la directive entrera en vigueur dans les 27 ou 28 pays de l’Union, ça prendra encore du temps, les lanceurs d’alerte ne pourront être condamnés ou sanctionnés lorsqu’ils dénoncent les activités illégales ou dangereuses d’une entité publique ou privée.
https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-17-avril-2019

Publicités

4 bonnes raisons de ne pas commander un livre chez Amazon !

📕4 bonnes raisons de ne pas commander un livre chez Amazon !

Commander sur Amazon:

1. C’est faire une croix sur les commerces de proximité et des quartiers vivants.
La vie d’un quartier se retrouve dans ses commerces, les animations organisées pour les plus jeunes, les conseils aux parents, un sourire aux plus anciens. Un lien qu’on ne trouve pas derrière son écran.

2. C’est cautionner des emplois précaires
Amazon est en réalité une entreprise qui viole en permanence les droits fondamentaux de son personnel et exerce une pression constante à l’égard des employés, mais aussi de toute la chaîne éditoriale. Amazon impose une remise de 50% aux éditeurs (contre les 30% – 35% habituellement alloués aux libraires), pourquoi ? Parce qu’Amazon refuse de vendre des livres en deçà de cette remise. Comment refuser pareil chantage ? Cette multinationale est passée maître dans le recours à la fraude fiscale.

3. C’est la mort de la diversité culturelle
Ne mettre que des best-sellers en avant revient à imposer une forme de dictature. Il suffit de prendre le modèle anglo-saxon pour s’en apercevoir. Les librairies ont quasiment disparu, laissant place à de grandes surfaces dépourvues de titres de fonds.

4. C’est lui laisser le monopole.
Des acheteurs disent qu’ils privilégient Amazon car “c’est moins cher”, plus rapide aussi. C’est faux.
En France, depuis 1981, nous avons la loi Lang sur le prix unique du Livre. Cette loi protège les libraires, elle permet d’éviter ce qui se passe aux Etats Unis et en Angleterre.
Pour faire simple, chez nous, le prix du livre est le même PARTOUT, que ce soit à la Fnac, dans les librairies de quartiers et sur les sites en ligne de livres neufs. Il y a une volonté de la part d’Amazon de casser le marché pour obtenir le monopole et ensuite pratiquer leurs propres conditions (ce qui est “gratuit” aujourd’hui chez eux ne le sera sans doute pas demain).

🔴Si vous habitez à la campagne et que votre village ne dispose pas de librairie, vous pouvez commander un livre dans une simple presse ou sur le site Place des Libraires www.placedeslibraires.fr/.

Ils récupèrent 27 millions de $!

Ils récupèrent plus de  27 millions de $ !
Ironie de l’histoire, grâce au scandale Panama Papers, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas et le Panama récupèrent plus de 27 millions de $. Pourtant ces pays sont considérés comme des paradis fiscaux par le Parlement Européen et les ONG spécialisées…

https://www.franceinter.fr/justice/les-panama-papers-ont-permis-de-recuperer-1-2-milliard-de-dollars-dans-le-monde-dont-136-millions-en-france

La perception de la fraude fiscale

Pour Rita de la Feria, professeur en droit fiscal à l’Université de Leeds, les Panama Papers ont aussi et surtout changé quelque chose de bien plus profond : la perception de la fraude fiscale par l’opinion publique et ce bien au-delà des frontières.

« Avant, il y avait une sorte de tolérance publique, une vision très ‘tant mieux pour vous’ envers ceux qui évitaient de payer leur part d’impôts », explique-t-elle dans le communiqué de l’ICIJ.

« Les Panama Papers ont aidé à faire évoluer cette perception vers une nouvelle vision : ‘vous nous volez des services publics’. Si le grand public n’avait pas toujours pleinement conscience de cette réalité auparavant, c’est certainement le cas maintenant. »

http://www.franceinter.fr/justi…france

Le grand débat et l’évasion fiscale

Tiens tiens… Malgré l’absence de question sur le sujet dans le Grand Débat, il y a une proposition qui ressort en tête…: « zoom sur la lutte contre l’évasion fiscale, l’un des sujets que vous placez en tête des priorités. »

La lutte contre l’évasion fiscale et la taxation des multinationales ressort parmi les propositions les plus soutenues par nos internautes. Pas moins de 94% d’entre eux jugent nécessaire de « lutter contre la fraude et l’évasion fiscale avec nos partenaires européens ».

Par extension, 96% des votants sont favorables à la taxation des géants du numériques (Gafa), accusés de contourner les systèmes fiscaux nationaux, et 94% veulent forcer les multinationales dans leur ensemble à payer des impôts en France proportionnellement à leur chiffre d’affaire.

http://www.lci.fr/polit…2.html

L’UE somme Londres de récupérer des arriérés d’impôts auprès de multinationales

La Commission européenne a sommé le Royaume-Uni de récupérer des arriérés d’impôts auprès de certaines multinationales qui ont bénéficié, selon elle, d’avantages fiscaux indus sur son territoire.

La Commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, citée dans le communiqué, a accusé le Royaume-Uni d’ « avoir conféré un avantage sélectif à certaines multinationales en les exemptant des règles britanniques de lutte contre l’évasion fiscale ». « Cette exemption est illégale au regard des règles de l’UE relatives aux aides d’État. Le Royaume-Uni doit à présent récupérer ces avantages fiscaux indus », a-t-elle ajouté.

http://www.lequotidien.lu/international/lue-somme-londres-de-recuperer-des-arrieres-dimpots-aupres-de-multinationales/

1670 fois plus.

« un enrichissement devenu indécent des très riches : les 500 individus les plus riches gagnent en moyenne 1 670 fois plus que la moyenne des plus pauvres. Je précise : 1 670 fois plus, après impôts. »

Jean Gadrey Professeur honoraire d’économie à l’Université Lille .

https://www.alternatives-economiques.fr/jean-gadrey/lassistanat-riches-coute-un-pognon-de-dingue/00085130

Taxer les revenus réels des GAFA?

Taxer les revenus réels des GAFA : une opération quasi impossible ?

La France veut taxer les GAFA, les géants du numérique comme Google, Apple, Facebook et Amazon. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, souhaite mettre en place une taxe dès cette année. Mais l’affaire n’est pas simple, car les GAFA minorent leur chiffre d’affaires.

Une enquête d’Isabelle Souquet, cellule investigation de Radio France à écouter ici: https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-02-mars-2019

Chers paradis fiscaux…

Chers paradis fiscaux…

Les dernières études, notamment de Gabriel Zucman, indiquent clairement les avantages tirés d’un établissement dans un paradis fiscal. Selon Zucman, 8 % du patrimoine financier mondial est détenu dans les paradis fiscaux, soit près de 8000 Md€ et 40 % des profits des multinationales y sont déclarés, soit près de 600 Md€ par an.

Google a par exemple enregistré près de 20 Md$ de revenus aux Bermudes en 2016. Par ailleurs, pour un dollar de salaire versé, « les multinationales américaines déclarent qu’elles gagnent autour de 50 cents avant taxes. Excepté en Irlande, aux Bermudes, au Luxembourg et autres territoires de ce type, où elles disent dégager 3,5 $ de profit avant impôt ».

Les économies d’impôt deviennent le cœur de la stratégie et de la rentabilité des entreprises mondialisées.

D’après certains calculs, un employé de banque « rapporte » chaque année environ 45 000 € de profit à son établissement, quand le même employé en Irlande ramène 409 000 €, soit neuf fois plus, et 6 298 000 € aux Îles Caïmans (140 fois plus) !

https://www.areion24.news/2019/02/27/commerce-mondial-et-paradis-fiscaux-des-interets-communs/